Maladie d’Alzheimer : comment y faire face chez soi ?

Véritable fléau en France comme dans le monde, La maladie d’Alzheimer touche environ 900 000 personnes en France et 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année.
L’environnement de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer joue un rôle important. Les patients malades dont on a veillé au confort et qui se sentent bien présentent moins de troubles du comportement. En outre, le soutien affectif aide à compenser les carences de la mémoire et les autres symptômes cognitifs de la maladie d’Alzheimer.

Vivre avec la maladie d’Alzheimer : comment y faire face à domicile ?

Pour permettre aux personnes atteintes d’Alzheimer de continuer à vivre chez elles, il est possible de faire appel à des services externes, à savoir des services d’aide à domicile ou d’accueil de jour.
D’autres solutions existent par ailleurs, comme les appareils portatifs de téléassistance munis de géolocalisation permettant à la personne de se déplacer et de répondre à un besoin de sécurité.
La téléassistance s’avère très utile pour une personne en perte d’autonomie et de mobilité, mais a-t-elle un intérêt lorsque la personne souffre de la maladie d’Alzheimer?

La téléassistance utile pour le patient Alzheimer ?

Si la personne est désorientée, on peut légitimement se demander si elle pensera à utiliser le dispositif. Ou encore plus simplement si elle se rappellera à quoi sert cet étrange pendentif autour de son cou  « De prime abord, un service de téléassistance classique aura peu d’utilité pour une personne souffrant de la maladie d’Alzheimer », confirme Jean-Noël Pire, directeur du département santé de la Centrale de Services à Domicile. « Si la personne ne se sert pas du bouton, le dispositif ne sert à rien. Par contre, la technologie apporte d’autres solutions. »

En cas de chute

Il existe par exemple des détecteurs de chute et perte de verticalité qui avertissent automatiquement l’opérateur lorsque le porteur du dispositif change brutalement de position ou reste immobilisé durant un certain temps. La personne tombe ? Les secours sont immédiatement prévenus sans que le patient ou ses proches n’aient rien à faire.

Retrouver un patient Alzheimer en fugue

Mieux encore, certains opérateurs de téléassistance proposent des appareils avec une géolocalisation mobile. Équipé d’une balise GPS, ce dispositif permet de localiser une personne qui aurait « fugué » ou qu’elle soit. Utile pour les proches d’un patient Alzheimer! Il n’est en effet pas rare qu’un patient quitte le domicile à l’insu de son entourage et qu’il erre ensuite sans pouvoir retrouver son chemin. « Un de ces appareils nous a déjà permis de localiser un patient Alzheimer qui avait fait une fugue », explique M. Pire. « Il était dans un parc près de chez lui, mais ses proches ne le retrouvaient pas. »

Les équipements MOBILE ITI permettent d’accompagner le malade atteint d’Alzheimer ainsi que la famille et les proches , pour plus d’informations toute l’équipe MOBILE ITI se tient à votre disposition.
Contactez MOBILE ITI par téléphone au 0164455154 ou sur le site https://www.mobile-iti.fr/

Quelles solutions quand le maintien à domicile n’est plus adapté ?

La prise en charge d’Alzheimer hors d’un établissement de santé n’est pas toujours possible pour les personnes présentant des symptômes sévères de la maladie.
Lors de troubles du comportement excessifs, il n’est pas toujours facile pour la famille de favoriser le maintien à domicile.
Aujourd’hui, il existe de nombreuses maisons de retraite de ce type, en région parisienne comme en province.
Ces structures n’ont cessé de se développer depuis 10 ans, répondant à un besoin grandissant, de la part des familles et des malades Alzheimer, d’une prise en charge médicale et sociale de qualité, dans des lieux entièrement sécurisés afin d’éviter les risques de chutes et de fugues dus aux problèmes de désorientation.

De plus tout un panel d’activités thérapeutiques est proposé aux patients Alzheimer : Musicothérapie, art-thérapie, jardin-thérapeutique, ateliers de cuisine, espace Snoezelen… Basées sur la stimulation de la mémoire sensorielle, ces méthodes portent leurs fruits, même si bien évidemment elles ne guérissent pas, elles ont le mérite de ralentir le déclin cognitif, et donc la perte d’autonomie, d’apporter le bien-être et le réconfort nécessaires à des centaines de milliers de personnes âgées touchées par cette maladie.
La maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées sont reconnues en affections de longue durée et bénéficient, à ce titre, d’un remboursement à 100% des soins médicaux par l’assurance maladie. En dehors des frais médicaux, il existe également des aides liées aux transports ou au logement.

N’hésitez pas également à consulter les services médicaux et sociaux proches de chez vous pour en savoir plus sur les différentes structures d’accueil pour les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer.

Lire nos autres articles : Jeudi 21 septembre 2017 : Journée mondiale Alzheimer et Alzheimer, les premiers signes d’alerte