La pauvreté chez les personnes âgées

Focus sur les séniors, avec le sondage du Secours populaire rendu public ces jours-ci On y découvre que plus d’un Français sur trois a connu la pauvreté et un sur cinq vit avec un découvert bancaire. Selon l’Insee, les chiffres que dévoile ce rapport « apportent la preuve de l’immense détresse à laquelle sont confrontés de plus en plus de Français », assure Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire français, qui parle d’une situation « dramatique ».

Elle ne se voit pas plus qu’avant et, pourtant, la pauvreté progresse encore et toujours en France

La part des personnes de plus de 60 ans soutenues par le SPF augmente sans cesse passant de 165.644 en 2010 à 246.000 en 2016.

Un million de seniors pauvres

En France, ils sont aujourd’hui plus d’un million de seniors, soit 8% de la population à vivre avec moins de 1.000 euros par mois. Le taux de pauvreté chez les personnes âgées en hausse de 2 points . Quand en 2012, 11% des seniors se restreignaient sur leur consommation, en 2014, ils étaient 16% à le faire.

Moins d’allocataires du minimum vieillesse

Malgré tout, les plus de 60 ans sont moins souvent concernés par la pauvreté que les autres catégories d’âge. Ils représentent 10 % des personnes pauvres, mais leur situation ne s’améliore pas et n’en est pas moins grave. Une partie de ces personnes, notamment en milieu rural, vivent avec des revenus très bas.L’instauration d’un minimum vieillesse a toutefois un peu améliorée la situation de précarité dans notre pays. En effet, selon les chiffres de l’Observatoire des inégalités, entre 2000 et 2015, le nombre d’allocataires bénéficiaires du minimum vieillesse est passé de 765.900 en 2000 à 554.000 en 2015.

La peur de l’avenir

Dans ce contexte, difficile de faire preuve d’optimisme. Quand ils pensent à l’avenir, 84% des Français se disent que le risque de voir leurs enfants connaitre un jour une situation de pauvreté est plus élevé que pour eux, près d’un sur deux (47%) considérant même que le risque est « beaucoup plus élevé ». Dans ces 47%, les seniors sont de loin les plus pessimistes (55% des 60–69 ans).
Avec des budgets aussi serrés, la crainte du moindre pépin se transforme en véritable angoisse. Ainsi, la perspective d’une dépense imprévue « inquiète », tout comme l’idée de devoir faire face à la dépendance éventuelle.
Pour pouvoir joindre les deux bouts, les personnes interrogées sont donc contraintes de procéder à des arbitrages. 45% d’entre elles reconnaissent avoir des difficultés à partir en vacances, 43% peinent à accéder à des loisirs et activités culturelles, et 39% à des soins de santé. Ne pas se faire soigner, faute de moyens, est d’ailleurs le quotidien d’une proportion assez inquiétante de la population. beaucoup ont déjà renoncé à l’achat de prothèses dentaires, à l’achat de lunettes ou lentilles, à une consultation chez un spécialiste et à l’achat de médicaments.

Des seniors particulièrement vulnérables

Parmi les populations fragiles, le cas des seniors est l’un des plus préoccupants, selon le Secours populaire. Ainsi, près d’un sur deux craint de connaître ou a déjà connu une situation de pauvreté. Ils sont aussi 46% à boucler tout juste leurs fins de mois grâce à leurs revenus et 13% à vivre à découvert, dont 37% de seniors percevant moins de 1 200 euros par mois et 15% des femmes de 60 ans et plus.
Outre la difficulté de faire face aux dépenses de santé, pour ces 60 ans et plus, le problème se pose aussi pour accéder aux loisirs, aux dépenses en énergie ou simplement régler leurs factures.
Ils sont de plus en plus vulnérables aux dépenses imprévues et à la perspective de leur propre dépendance.

Source : insee, secours populaire